samedi 1 novembre 2008

Référence : Kirite

Je n'aurais pas dû lancer ma "série" spéciale références : par manque de motivation, near death experience s'y trouve depuis désespérément seul (retournez le voir, j'y ai ajouté images et extraits). Aussi fabuleux soit-il, cet album n'est pas le seul à briller au sein de la VGM. Celui dont je vais causer aujourd'hui n'en est pas si éloigné : on y retrouve certains noms, le style abordé est parfois similaire et, surtout, le plaisir éprouvé par les musiciens se ressent pleinement dans le résultat. Kirite déborde d'une énergie que Yasunori Mitsuda a malheureusement un peu perdu depuis, peut-être à cause du manque d'inspiration. A vrai dire, Kirite n'est rien de plus que le paroxysme temporaire de sa pourtant jeune carrière. Dans un élan celticisant lancé par Creid (autre incontournable) en 1998, Mitsuda, alors jeune free-lancer, est parti à la recherche de son style. L'album "solo" Kirite est le résultat d'une maturation qui a vu le celtique (Tsugunai, Deep Labyrinth) se mêler à l'exotique (Chrono Cross, Legaia: Duel Saga) et, surtout, à un talent certain pour l'ambiance (Shadow Hearts). 1998-2005 a été l'âge d'or de plus d'un compositeur de VGM, tout comme celui du jeu vidéo, genre fier de ses nouvelles possibilités. Sakimoto a couronné sa carrière avec Final Fantasy XII, Sakuraba avec Star Ocean: Till the End of Time... Ils n'ont pas fait mieux depuis.

Hommage à une voix angélique

Mais on ne peut pas commencer à parler de Kirite sans rendre hommage à la femme qui lui a donné sa voix. Elle était même la voix de Mitsuda, qui se trouve désormais orphelin d'une bonne partie de la magie de sa musique. La fabuleuse Eri Kawai, qui avait sans doute emprunté sa voix à un ange, nous a quitté le 4 août dernier à l'âge de 43 ans. Trop jeune. Beaucoup trop jeune. Assommé par la peine, je n'ai même pas réussi à écrire un billet ici pour lui rendre hommage dans les jours ayant suivi le tragique événement. Je répare maintenant mon erreur, en faisant d'une référence l'album avec lequel nous avons sans doute tous retenu son nom. Et j'ai toujours du mal à croire qu'une voix si pleine de grâce et d'énergie s'est tue. Le monde est profondément injuste. Qu'Eri Kawai repose en paix, et que sa mémoire perdure par ses merveilleuses collaborations avec Yasunori Mitsuda.




Yasunori Mitsuda et Eri Kawai, "Prayer Tree"

Un voyage en quatre saisons

On pourrait résumer Kirite très simplement. C'est un voyage aussi beau que léger dans l'imaginaire musical de Yasunori Mitsuda. Sans doute fortement inspiré par le texte de son ami Masato Katô, le compositeur s'est libéré des contraintes du jeu vidéo. Ce n'est pas un album solo à proprement parler, vu qu'il illustre une histoire, mais cela n'a pour le moment tué aucun non-japanophone d'écouter le disque sans connaître une seule ligne du livret qui est accouplé au CD. Il est même possible d'apposer sa propre interprétation sur la musique. Mais si vous essayez, vous vous trouverez sans doute rapidement à penser aux saisons. Ce n'est pas fortuit : la nouvelle de Katô s'intitule キリテの五つの季節 (kirite no itsutsu no kisetsu, "les cinq saisons de Kirite"). Cette mystérieuse cinquième saison peut laisser libre cours à votre imagination... Une chose est sûre, cependant. Les magnifiques photographies de Masumi Takahashi qui accompagnent la nouvelle sont autant de raisons de s'évader. Leur beauté irréelle est identique celle d'un rêve. En fait, tout dans cet album est fait pour cela : rêver. Mitsuda est peut-être moyen pour les thèmes de combat, mais il est imbattable dès lors qu'il faut susciter l'évasion.




Yasunori Mitsuda, "The Market in Volfinor"

Ce voyage à travers les quatre (ou cinq) saisons permet d'apprécier plusieurs styles, pourtant tous peu définissables. Ce n'est plus de la musique celtique, c'est juste... du Mitsuda, riche en rencontres instrumentales. Le printemps se profile à travers le crescendo de la piste 2, "The Market in Volfinor". Le son de la flûte bourgeonne, puis les instruments arrivent un par un, jusqu'à une formidable explosion de couleur. L'été occupe une place importante, mais c'est bien là une saison de caractère : du bonheur d'un ciel bleu ("The Azure") à la violence d'un orage ("Fated Encounter - The Fall of Darkness"), sans oublier les nuits étoilées ("Upon the Melodies of the Moon")... Sans doute la saison la plus merveilleuse du CD. En comparaison, l'automne et l'hiver sont certes moins intenses, mais leur douceur est toute aussi mémorable. Il faut bien varier les plaisirs.

Beaucoup, beaucoup de talent

Mitsuda a su s'entourer de musiciens remarquables, et, de ce fait, les différents solos qui parsèment l'album sont merveilleux. On ne dira jamais assez à quel point Eri Kawai a insufflé une âme à Kirite. Les trois chansons sont évidemment très belles, mais il ne faut surtout pas omettre de mentionner les chœurs que la chanteuse a offert à plusieurs autres pistes. C'est d'ailleurs son chant en langue non identifiée qui ouvre le disque, après quelques accords de Tomohiko Kira, le guitariste. Une formidable invitation qui laisse espérer encore plus de magie... Dans la fantastique "The Forest of Lapis Lazuli", Kawai lance une incantation tribale aussi mystérieuse que désespérément envoutante. Dans "Fated Encounter - The Fall of Darkness", sa voix magique caresse délicatement les autres instruments jusqu'à un final où, dans la fureur de ces derniers, elle s'élève jusqu'aux cieux. Enfin, dans "Prayer Tree", elle ajoute une berceuse angélique à un thème déjà blanc comme neige. Toujours les mêmes adjectifs, mais comment voulez-vous les éviter quand ils ne mentent pas ?




Yasunori Mitsuda, "Fated Encounter - The Fall of Darkness"

Akihisa Tsuboy n'a peut-être pas une voix angélique, mais il possède certainement une maîtrise divine de son instrument. L'incroyable violoniste du groupe de rock progressif japonais KBB est plus qu'essentiel au bonheur procuré par Kirite, et ce même s'il n'est présent "que" sur la moitié des pistes. Mais il se fait l'allié de tous les musiciens qu'il rencontre à l'occasion de ce merveilleux voyage. Il se permet même d'éclipser le piano dans "Nocturne". Le penchant progressif du musicien saute aux yeux (ou, plutôt, aux oreilles) dans une piste telle que "The Snow Howling", où il laisse ses notes s'allonger dans la désolation hivernale. La douceur printanière et la chaleur estivale lui permettent de se montrer plus léger. Il participe ainsi brillamment au bourgeonnement de "The Market in Volfinor", à la langueur de "The Forest of Lapis Lazuli" et, bien sûr, à l'orgasme musical de "Fated Encounter - The Fall of Darkness". Cela dit, l'un des moments les plus fantastiques du disque est certainement le final de "The Azure". Que dire de plus ? Eri Kawai, violon et flûte sont si époustouflants qu'il est possible d'écouter chacun à part et de ressentir un plaisir inouï, ou de se laisser tout simplement bercer par leur collaboration bleue azur...

Parlons-en, de la flûte. C'est Laurie Sogawa (femme de Kinya Sogawa, qui lui joue du shakuhachi et du shinobue) qui l'anime, avec l'aide de Haruo Kondô pour ses cousines. Souffle apaisant du printemps et de l'été, la flûte (tin whistle, pour être précis) est le symbole même de la légèreté, de la lumière claire des beaux jours, ou du marché de Volfinor. Echo lointain dans la forêt de lapis lazuli, elle joue un remarquable second rôle dans l'incroyable rencontre destinée (la chute des ténèbres)... Mais voilà, juste un second rôle. Cependant, il suffit de tendre l'oreille pour l'entendre, et bien souvent, la place que Mitsuda lui a réservé est loin d'être négligeable. C'est encore une fois à cet instant qu'intervient la toute fin de "The Azure". Ecoutez attentivement. Pour une fois, ne vous laissez pas distraire par la voix d'Eri Kawai ou le violon d'Akihisa Tsuboy, et laissez le son de Laurie Sogawa pénétrer en vous... Une fois qu'on a remarqué sa présence, on ne l'oublie plus.




Yasunori Mitsuda et Akihisa Tsuboy, "Nocturne"

Et enfin, bien sûr, il y a Yasunori Mitsuda. Compositeur, oui, arrangeur, certes, mais aussi musicien. Et lui, c'est le piano. Plusieurs solos se retrouvent au fil de l'album, et ils se révèlent particulièrement efficaces lorsqu'ils sont en fin de piste, comme dans "The Market in Volfinor" et "Scorning Blade" : les mélodies reposantes, comme Mitsuda sait si bien les faire (Chrono Cross ne dira pas non), y respirent autant la beauté printanière que les instruments évoqués ci-dessus. Le CD lui-même s'achève sur un doux solo de piano, "Circle of Eternity", qui reprend la dernière chanson comme une sorte d'épilogue rassurant. Il ne reste plus alors qu'à relancer le disque, pour peut-être explorer plus en profondeur les merveilleux arrangements de Mitsuda. Chaque instrument est à sa place, au bon moment, pour produire ce résultat enchanteur.

Pourquoi une référence ?

Le nom de Yasunori Mitsuda lui-même est une référence, alors imaginez quand on choisit son meilleur album, celui qui suffit à résumer son style et à démontrer son talent ! Kirite est magique de la première à la dernière note. Les mélodies sont superbes, les arrangements remarquables, et les musiciens semblent tous heureux de participer à ce projet radieux. L'âme en quête d'évasion ne peut que frémir lors des passages les plus aériens, et celle à la recherche de calme trouve son bonheur dans les pistes les plus paisibles. Cette musique sans nationalité mais profondément mitsudienne est un souffle apaisant que peu de musiciens de jeu vidéo ont réussi à produire. Peut-être leur faudrait-il aussi s'extraire du support, comme c'est le cas ici, pour démontrer toute la mesure de leur talent... ou peut-être cela ne peut-il marcher qu'avec Mitsuda, qui a déjà su transformer ses bandes son en voyages relaxants. Dans cet univers chaleureux, même lorsqu'il nous plonge dans des paysages enneigés, le bonheur se découvre au détour de chaque instrument. Et que la voix d'Eri Kawai brille pour toujours.

3 commentaires:

ProfGast a dit…

C'est bien ces articles "Les références", ce serait bien que tu en postes plus souvent. :)

lalaku a dit…

quel bel article ! merci !

Generator a dit…

Un article à la hauteur de l'album. Bravo !